La Knesset se souvient de Gandhi

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Il y a quatre ans le ministre du Tourisme Rehavam Zeevi, surnommé Gandhi, était assassiné à l’hôtel Hyatt de Jérusalem par des terroristes palestiniens du FPLP. La Knesset a célébré l’anniversaire de sa mort lors d’une cérémonie d’hommage ouverte par le président Reuven Rivlin.

Pour certains, Rehavam Zeevi restera le chantre de la théorie extrémiste du «transfert» des Palestiniens en Jordanie. Pour d’autres, il sera toujours «un homme de vérité», comme l’a qualifié Reuven Rivlin. Ce dernier a rappelé combien il était droit et amoureux de son pays et qu’en bien des occasions il avait fait montre de positions courageuses.

Le Premier ministre Ariel Sharon a rappelé que si son ancien compagnon de route était encore en vie, il aurait sans nul doute figuré en tête de ses détracteurs «mais toujours avec le respect approprié», a-t-il précisé. «Il m’a beaucoup manqué cette année», a-t-il ajouté. «Son amour d’Israël s’exprimait à travers tous les postes qu’il a occupés. Il était à lui seul tout un patrimoine de la terre d’Israël».

Le chef de l’opposition Tommy Lapid a évoqué la relation privilégiée de Gandhi avec Tsahal et ses disparus dont il perpétuait le souvenir en portant leurs noms gravés sur une plaquette autour du cou.

Le leader de Moledet, Benny Elon, parti auquel appartenait Zeevi, s’est attardé sur la notion de transfert prônée par celui-ci, et qui, dit-il, n’avait pas trouvé d’écho alors au sein du camp national. «Cependant, ces derniers temps le Premier ministre Ariel Sharon s’y est intéressé, accomplissant le transfert de Juifs en guise de solution démographique ».
Il s’est indigné que les idées de Rehavam Zeevi n’aient pas été prises au sérieux, indiquant qu’il avait cherché une solution politique à un problème démographique. «On peut mépriser, on peut répéter à souhait le mensonge que «Gandhi haïssait les Arabes», mais il est impossible de dire que ses positions et ses actes n’étaient pas motivés par un amour vrai et profond de la terre d’Israël».

Une cérémonie d’hommage se déroule actuellement au cimetière du Mont Herzl à Jérusalem.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

drôle de surnom pour un type pareil.
le vrai gandhi lui s'est opposé aux transferts de population entre l'inde et le pakistan à l'indépendance.

et puis compte tenu de la politique d'assassinats ciblés menée par israel l'assassinat d'un ministre, extrémiste qui plus est, n'a rien d'étonnant.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

N'empèche, je trouve qu'ils auraient pu lui trouver un autre surnom... Continuer à l'appeller Gandhi simplement parce que dans sa jeunesse il s'est déguisé en Gandhi alors que depuis il a largement prouvé qu'il était tout sauf un Gandhi israélien...

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Alandalus


Bien bien sur tu contionne le meurtre de juifs, rien d'etonnant

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

un Gandhi israélien...ah ça existe ????
j en cherche un au canada et je ne l'ai pas encore trouvé !

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Alandalus,

Tu comptabilises (ou tu comprends) des choses qui sont sans rapport aucun. Un ministre d'une démocratie comme Israël assassiné ne pèse pas autant que l'élimination de terroristes coupables de dizaines de morts civils. Et peu importe le discours plus ou moins radical de Zeevi.

Les électeurs avaient pouvoir de renvoyer Zeevi à ses études.
Personne n'a le pouvoir de désarmer les tueurs du Hamas, et même quand ils se font exploser eux-mêmes durant une parade, ils accusent Israël et envoient des roquettes contre des enfants qui vont à l'école.

Avec cette conclusion : si Tsahal arrêtait ses éliminations ciblées, les attentats continueraient de toute manière. D'ailleurs, un kamikaze est sacrifié par définition. L'important c'est de l'arrêter le plus tôt possible. J'ajoute que Tsahal NE PEUT PAS ARRETER DES TERRORISTES à Gaza comme on arrête des voleurs à la tire. C'est à l'AP de le faire, et elle ne le fait pas. D'ailleurs les terroristes arrêtés par Tsahal ne risquent pas la peine de mort. Le citoyen israélien au volant qui rate une sortie risque le lynchage.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

gould
le fameux argument démocratique pour justifier les assassinats à l'extérieur et condamner les assassinats à l'intérieur!
vous dites "les électeurs auraient pu renvoyer pacifiquement le ministre".
Oui mais précisément, les palestiniens des territoires ne votent pas en israel que je sache. Or ce sont précisément ces palestiniens que ce grand démocrate préconisait de "transférer".
je ne suis absolument pas en train de justifier ce meurtre.
je dis juste que dans le cadre d'une guerre, parce que c'est comme même à ça que l'intifada a ressemblé, quand un des protagonistes assassinent des dignitaires ennemis, c'est pas hyper étonnant que les palestiniens fassent la même chose.

Forums

partagez et débattez