UN ANGE A VECU PARMI NOUS

Nethanel Attiach
Nethanel Attiach



Ne cherchez pas de photographies du lieutenant colonel Emmanuel Moreno z’l, le dernier soldat de Tsahal tombe au Liban, vous n`en trouverez pas.
Pas parce qu`il n`en existe pas mais parce que la censure militaire interdit leur publication.
Emmanuel était le meilleur soldat de la meilleure unité de la meilleure armée du monde : la prestigieuse Sayeret Matkal, l`unité la plus secrète de l`armée d`Israël. Il est tombe lors d`une opération de commando au sud Liban, le vendredi 18 août, 25 Av 5766. Il avait 35 ans.

Emmanuel Moreno n`aurait peut être pas aime qu`on parle de lui aujourd`hui, qu`on fasse son éloge. lui qui aura passe sa vie a taire ses exploits, a les tenir caches même aux oreilles de ses proches, aurait sans doute préfère que son histoire, racontée après son départ de ce monde, ne soit pas publiée, qu`elle reste cachée aux yeux de tous, tout comme ses actions l`ont ete pendant les 35 années ou il a vécu parmi nous.
Un ange était la et nous ne l`avons pas remarque. Il faisait d`ailleurs tout pour qu`on ne le remarque pas. Ce n`est qu`après son départ que la réalité s`est impose : cet homme si discret, si secret, si humble, si délicat, était également un combattant au courage indescriptible, un soldat qui ne craignait rien sauf son Créateur, un officier admirable et admire par tous ses soldats et supérieurs qui a participe a des centaines d`opérations, une bonne partie en pays ennemi.
« Il était de la trempe des soldats du Roi David », nous affirme son frère, Shmouel : il possédait une puissance physique et un courage indomptables pousses par une seule force : la certitude que chacun de ses gestes, chacun de ses actes nous rapprochait de la Gueoula, de la délivrance.
La crainte de D… était son `moteur`, son `turbo`.Shmouel se rappelle de son frère arrivant le jeudi soir, directement de sa base, a Tlamim, la localité du Néguev ou il vivait avec son épouse et leurs trois enfants.
« Il posait a peine son sac qu`il était déjà en route vers le beit midrash pour y étudier ». Pour la famille d`Emmanuel, rien d`étonnant a ce au`il été décrit comme `le soldat le plus audacieux de la sayeret`. `Tout son courage lui venait de D…, pourquoi aurait-il eu peur ?`nous expliquent-ils.
Emmanuel ne se promenait presque jamais avec ses galons de lieutenant-colonel, même a la base. Son bureau lui-même ressemblait plus a celui d`un étudiant en yechiva qu`a celui d`un officier charge de planifier les opérations les plus dangereuses et courageuses qu`ait réalisées Tsahal.
Sur le mur, des Tikounims, des prières a D… afin qu`il aide l`homme a vaincre ses penchants.
Shmouel nous fournit son explication : ‘ pour Emmanuel, le véritable héros, l`homme qui peut être véritablement qualifie de courageux, est celui qui q conquis son penchant, qui q vqincu l`orgueil, la colère, la jalousie`.
Et c`est en menant ce combat contre le mauvais penchant qu`Emmanuel n`a, durant toute sa vie, jamais craint de combattre les ennemis de son peuple.
Emmanuel z`l était le quatrième parmi les 5 fils d`Ilan et Sylvie Moreno. Sa famille a fais le pas et est montée en Israël alors qu`il avait un an. Il a vécu a Jérusalem puis, a 18 ana, a rejoint l`école prémilitaire de Bne David, dans la localité d`Eli. Il faisait partie des premiers élèves de cette école qui a perdu 17 de ces élèves, tombes au front, en 18 ans d`existence. Son dirigeant spirituel, le Rav Eli Sadan, considérait Emmanuel comme bien plus qu`un élève. `Va en paix, mon élève et mon maître`, a-t-il déclare lors de l`enterrement. `Tu étais mon élève dans le domaine de la torah et mon maître dans celui des vertus`.
Selon le rav Sadan, des âmes comme celles d`Emmanuel se dévoilent dans une génération qui approche de la délivrance : « d`un cote un courage incommensurable, de l`autre une humilité et une bonté inégalées ».
Durant les semaines qui ont précède et succède le retrait de la bande de gaza, Emmanuel, qui n`a pas été appelle a faire partie des `forces d`expulsion`, a pallie sa colère face a ce qu`il considérait comme une grave erreur et un cime en aidant les habitants du Goush Katif , entre autres en emballant les cartons ou ils on du amasser toute une vie. Odaya, une adolescente de Neve Dekalim, a quitte sa maison en laissant intacte sa chambre. Il y a quelques mois, après u nan passe dans les chambres d`hôtel, elle a enfin déménage avec sa famille dans une des `caravillas` octroyées par l`état et déballe ses cartons, remplis par un inconnu. alors qu`elle était en proie a la tristesse et a la colère, elle vit une phrase écrite au feutre sur une des boites : « Odaya, sache que viendra le jour de la Odaya (la louange). Ne t`inquiète pas ».
Odaya n`a jamais su qui avait écrit cette phrase. « Soudain, écrit-elle, ce carton gris et triste s`est transforme en une source de force, de puissance, et de courage ». Dans un blog sur Internet, elle poursuit : « je ne sait pas qui m`a écrit cette phrase mais je voulais juste lui dire merci ». Cette phrase a été écrite le 17 août dernier, a la veille de la mort d`Emmanuel Moreno z`l, l`auteur de ces lignes d`espoir.
Lorsque quelques mois après le retrait du Goush Katif, Emmanuel reçoit ses galons de lieutenant colonel en présence du chef des renseignements militaires, lui qui n`a pas l`habitude de parler, décide que le moment est venu. L`occasion lui est donnée, il ne doit pas la laisser passer. Et devant la `crème` des officiers de Tsahal, il se lance dans un discours ou il parle de Rabbi Akiva qui rie alors qu`il voit, après la destruction du temple, un renard sortir de son enceinte. Les Rabbins autour de lui pleurent et Rabbi Akiva rie. Il rie parce qu`il voit au delà de la destruction, il rie parce que si la prophétie qui annonçait la Galouth, l`exil, s`est réalisée, alors celle qui annonce la Gueoula se réalisera aussi. Et c`est ainsi qu`Emmanuel envisage la destruction de Goush Katif, avec le même realisme-optimisme.
Dans l`hélicoptère qui le menait vers l`opération au sud Liban de laquelle il n`est jamais revenu, Emmanuel posa a un officier une question qui résume toute sa vie :
-Si, lui a-t-il demande, un missile était tire sur l`hélicoptère et que tu savais qu`il ne te reste que 5 secondes a vivre, que ferait-tu ?
- Je crèverai de trouille et j`attendrais que la mort vienne vite. Et toi que ferais-tu?
-Je réciterai le Shema Israël.
- mais qu`est ce que réciter une prière pourrait t`apporter ?
-Si ce qui vient après ces 5 secondes est une vie éternelle, alors ces 5 secondes la sont tout aussi éternelles. Mais, si ce qui vient après n`est rien sinon le néant, alors non seulement ces 5 secondes n`ont aucune valeur, mais également toute la vie qui les a precedees.

Cet échange, l`officier l`a raconte a la famille Moreno durant la semaine du deuil. « depuis qu`Emmanuel a prononce cette phrase, elle m`accompagne la ou je suis », leur a-t-il confie.
Emmanuel Moreno z`l, héros de Tsahal, exemple pour son peuple, ange parmi les hommes. Que son souvenir soit une bénédiction.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

יהי זיכרו ברוך

Oui c'est le genre d'homme qui parte a cause du klal.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

inspirons nous de la vision de la vie d'Emmanuel Moreno qui est de loin la seule voie de la sagesse, du courage et de la sereinité!!!

il doit prier pour nous de la ou il est...

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Vraiment touchante cette ptit histoire. Merci, Nathanel

Golan Cohen
Golan Cohen

Quelles sont tes sources stp?
Je voudrais publier cet article sur lepetitsioniste.com...

Merci ;-)

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Si c'était un ange... il restera toujours parmi nous !

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

merci Emmanuel et merci à vous tous. Reposez en paix

Forums

partagez et débattez