dvar torah sur la tsnioute (Kissouye Roch )

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

J ai recu ce petit dvar Torah du rav kalov .Apparemment la mitsva de se couvrir les cheveux ( kissouye roch ) pour une femme mariée est une mitsva d une trés grand importance ! .Je vous laisse juger .

*******************************************************
LA MITSVA ET SA SOURCE

La Mitsva du Kissouye Roch (dissimuler ses cheveux pour une femme mariée ou qui l’a déjà été) est une obligation de la Torah.
Elle découle de la paracha de la femme Sota. Il est écrit : ...VXW PYVW XPUM NPO QMRSRT…- Le Cohen fera se tenir la femme devant Hachem, et il lui
découvrira la tête... », de la nous voyons que jusqu’à présent elle avait la tête couverte. C’est d’ailleurs pour l’humilier que le cohen lui découvre les
cheveux, comme l’explique Rachi sur place : « D’ici l’on voit qu’il est honteux pour les femmes d’Israël d’avoir la tête découverte ».
Mais, qui est la femme Sota? Et pourquoi est-ce de son histoire que nous apprenons l’extraordinaire loi du Kissouye Roch ?
Le mot Sota vient de tisté qui signifie se détourner, il s’agit en effet d’une femme mariée qui, malgré les avertissements de son mari, s’est isolée
avec un autre homme. En plus d’avoir transgressé l’interdit de Ih’oud (isolement) elle est dès lors suspectée de l’avoir trompé et devra boire les
Maïm Haméarérim (eaux amères) si elle veut prouver son innocence. Pendant cette pénible cérémonie, la femme fautive verra sa tête se découvrir,
car comme l’explique Rachi dans le traité Kétouvot (72a): « elle-même s’était sûrement découvert la tête pour plaire à son amant ». De plus, cela
constitue pour elle une punition et une humiliation car l’honneur de la femme juive est de dissimuler ses cheveux (Rachi) et de se réserver pleinement
pour son mari. C’est donc « grâce à la femme Sota » (si l’on peut dire) que nous apprenons la loi du Kissouye Roch; nous pouvons d’ailleurs y
voir une allusion de la Torah que le Kissouye Roch est l’un des piliers du couple et du foyer juif. Ce n’est que par son absence que les problèmes ont
commencé.
****************************************************
LA MITSVA ET SA SEGOULA ( effet particulier

Lorsque les anges sont venus annoncer à Avraham la naissance d’Itsh’ak, ils demandèrent : « Où est ta femme Sarah ? Il dit : la voici dans la
tente » (Berechit 18;9). La Guémara nous enseigne que les anges savaient très bien que Sarah était dans sa tente mais ils voulaient la rendre encore
plus chère aux yeux de son mari en lui rappelant qu’elle était une femme tsanoua (pudique/décente).
Dans le verset suivant l’ange annonce à Avraham la naissance future d’Itsh’ak. Le Midrach Tehillim nous explique qu’il y a un lien entre ces deux
versets juxtaposés par la Torah : le fait que Sarah soit Tsanoua a participé à la naissance de son fils.
En effet, le mérite de la Tsnioute (pudeur) est extraordinaire : il favorise spécialement la naissance d’enfants et augmente leur qualité
(comme le soulignent les histoires racontées précédemment).
Nous retrouvons cette idée dans un verset des Psaumes de David Hamélekh : « Ta femme sera comme une vigne féconde dans les coins de ta
maison et tes fils comme des plants d’olivier autour de ta table » (Tehilim 128; 3-4). Le vin est la boisson qui demande le plus d’effort de
conservation mais qui apporte ensuite le plus de joie. Il est à l’image de la femme juive tsanoua au sein de son foyer. En récompense de ses efforts et
de ceux de son mari pour conserver sa pureté et celle du couple ils mériteront des enfants comparables à des plants d’olivier. L’olive est le symbole
de la pureté et de la grandeur. C’est, en effet, un arbre qu’il est impossible de greffer avec une autre espèce. Son fruit produit une huile qui ne se
mélange avec aucun autre liquide et même les surmonte tous. Enfin grâce à l’huile d’olive on peut éclairer et si elle est pure on peut même allumer
la Ménora au Temple. Quelle magnifique métaphore du Roi David pour décrire les aspirations qui doivent animer toutes les femmes juives qui se
rapprochent des chemins de la Tsnioute. Enfin rajoutons que dans le même psaume David conclut par « Ouré vanim lévanékha– tu verras les enfants
de tes enfants » comme pour ajouter que la Tsnioute favorise également la longévité et donne le mérite de voir ses enfants se marier et avoir
des enfants à leur tour.
*************************************************
LA MITSVA ET SON MERITE

• Grâce au Kissouye Roch la femme juive a l’immense mérite de réaliser en permanence une Mitsva de la Torah. D’après Rabbi Chimon Schwab
elle est comparable à un homme qui aurait les Téfilin de la tête toute la journée (comme c’était l’habitude il y a encore quelques générations).
• C’est une Mitsva qui amène Kédoucha (élévation), Tahora (pureté) et Irat Chamayim (crainte du ciel) sur toute la personne car la tête est la reine
de tous les membres (Chabbat 61 a).
• C’est une Mitsva qui protège des maladies et des souffrances car elle est réalisée en permanence (Sota 21a, Chabbat 32b).
• Elle permet à la femme mariée de se distinguer dans sa nouvelle position et de se réserver entièrement pour son mari. Elle participe ainsi à la
construction et au maintien du foyer.

************************************************
POUR LA PETITE HISTOIRE

Un jour, lors d’une conférence du Rav Amnon Its’haq P1de0f une dame l’interpella et lui demanda : « -J’ai une question à vous poser : pouvezvous
m’expliquer pourquoi il y a des femmes à Yaffo qui vivent dans des maisons qui ressemblent à des palais, qui sont mariées avec des non
juifs alors qu’elles sont juives et qui ont pourtant des enfants; moi, je suis mariée à un juif, j’habite dans une modeste maison à ‘Holon et pourtant
Hachem ne me donne pas d’enfant alors que je l’espère tellement depuis des années ? ».
Un silence de grande intensité s’installa tout à coup dans la salle. L’assemblée fixa le Rav se demandant ce qu’il allait bien pouvoir lui répondre.
Le Rav regarda cette dame et vit qu’elle n’avait pas la tête couverte comme le requiert la loi juive pour une femme mariée. Il lui dit : « -
alors laissez-moi s’il vous plaît vous raconter une histoire : Voici quelques mois, lors d’une conférence que je donnai dans un séminaire, une
dame religieuse m’interpella et me demanda d’essayer de convaincre ses soeurs, assises à côté d’elle, de se couvrir la tête. Je leur expliquai alors
l’importance du Kissouye Roch, leur rapportant les paroles du Zohar Hakadoche qui dit que lorsqu’une femme se couvre la tête, elle fait descendre
dans sa maison la berakha (bénédiction). Cependant, malgré toutes mes explications, elles ne voulurent rien savoir. J’appris, par ailleurs, que
l’une d’entre elles n’avait pas d’enfant et que depuis dix ans son mari et elle espéraient en avoir un. Je me tournai alors vers elle, en particulier,
et lui dit que si elle acceptait de se couvrir la tête à l’instant même et pour une période d’au moins six mois, cela aurait une très grande influence
dans le Ciel et je m’engageai à prier pour que son couple ait de beaux fruits, et à le bénir immédiatement devant toute l’assemblée qui répondrait
« AMEN » afin de solliciter la clémence divine pour que ma prière soit acceptée. L’émotion dans la salle était très grande; je lui précisai que cela
semblait être une épreuve difficile mais qu’en réalité c’était très facile. La difficulté vient toujours du « qu’en dira-t-on » mais mettre un bout de
tissu sur sa tête n’est pas une épreuve insurmontable, surtout si elle pouvait par ce geste, gagner un enfant. Mes arguments touchèrent d’ailleurs
plusieurs autres femmes de l’assistance qui acceptèrent de prendre sur elles de se couvrir la tête. Le suspense grandissait et l’émotion avait gagné
le coeur de chacun; soudain, la femme se leva et ne pouvant plus se contenir demanda un foulard et se couvrit la tête devant nos yeux ébahis
en disant haut et fort : Chéhé’héyanou vékiyémanou véhiguiyanou lazmane azé » (prière que l’on récite pour remercier Hachem de nous avoir
permis de vivre jusqu’à cet instant présent). Nous étions tous bouleversés et je saisis le micro afin de la bénir de tout mon coeur. Un « Amen »
retentissant emplit la salle. Cet « Amen » a dû percer les Cieux et parvenir jusqu’au Trône Céleste. En effet, quelques temps plus tard, seulement,
le mari vint m’annoncer que sa femme était enceinte et neuf mois plus tard elle accouchait d’une petite fille qu’ils nommèrent « Odaya » ( remerciement
à Hachem) ».
Après avoir terminé son récit, le Rav se tourna vers la femme qui espérait elle aussi avoir des enfants et lui dit : « si vous êtes prête à faire un pas
vers Hachem, je suis persuadé qu’Il en fera un vers vous … ».La femme était hésitante mais finalement accepta. Elle prit un foulard, fit la même
prière puis le Rav la bénit et toute l’assemblée répondit « Amen » avec force.
Un mois plus tard, elle se rendit à une autre conférence du Rav et raconta comment en un mois sa vie avait totalement changé : le Chabbat, les
prières, les bénédictions avant de manger et surtout la Tsnioute. Combien elle était heureuse de s’être rapprochée de son Créateur et de se sentir
à présent comme une fille de Roi en étant vêtue comme une vraie femme juive !
Quelques mois après cela, dans une petite salle de fête de Bné Brak, la famille, les amis et bien entendu le Rav, vêtu de son grand Talite, se réunissaient
pour la Brit Mila du fils qu’elle venait d’avoir

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

deux questions s imposent;
1- si une fille vit en couple (=sans etre mariee), devra-t-elle se couvrir la tete et aller au mikve,
2- surtout si cette relation perdure, peut-on alors la considerer comme mariee?

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

C'est toi le Rav de service?

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Bonjour ,

*Clili tes questions sont trés pertinentes mais je ne connais pas les réponses .Il faudra demander a ton rabbin ou alors tu peux trouver des réponses sur internet notamment sur le site http://www.cheela.org/

*Larafine , non je ne suis pas rav .Simplement j estime que c est une bonne chose de faire partager les jolis Dvar Torah que m envoit le Rav Kalov .Un dvar Torah est toujours rempli de sagesse , de vérité et d enseignements .Y a que du bon a prendre ! ;o)

Chabbath chalom !

Gerard Darmon
Gerard Darmon

deux questions s imposent;
1- si une fille vit en couple (=sans etre mariee), devra-t-elle se couvrir la tete et aller au mikve,
2- surtout si cette relation perdure, peut-on alors la considerer comme mariee?

-------------------reponse ????????????
un homme rentre chez lui et trouve sa femme au lit avec un inconnu , il court a la cuisine et revient avec un grand couteau
et la femme crit arrete !!!!!!!!!!!!!!c est un couteau de lait !
( pour ceux qui l ignorent , on n a pas le droit de melanger le lait et la viande , c est pourquoi on utilise 2 vaisselles 1 de lait 1 de viande )

remarque en direction de FW , je trouve qu il aurait ete plus sympa si on pouvait etre alerté sur notre BAL a FW par exemple que des reactions a nos repliques ont ete diffusés sur les posts dan lesquels nous sommes intervenus , ca evite de chercher et parfois par oubli on ne cherche plus




Forums

partagez et débattez