Israël

Des restaurants israéliens gastronomiques impliqués dans un trafic de viande

Par Feujworld Publié le
Au départ, un mail dénonçant un trafic de viande atterrit dans la boite de réception de la police. L’enquête qui s’ensuit, menée par le ministère de la santé, de l’agriculture et la police, met alors à jour un vaste réseau de trafic de viande.

Le réseau, qui a été démantelé, fonctionnait depuis le Brésil. La viande importée sur le territoire palestinien était ensuite transporté jusqu’au port de Haïfa et entreposée à Aram, près de Jérusalem. Le passage entre les deux territoires se faisait entre autre dans des camions à double fond et de différentes manières, ce qui permettait d'échapper aux douanes israéliennes. Grâce à de faux certificats vétérinaires, de fausses dates de péremption et de casherout, la viande a pu être vendue à toute une chaîne de restaurants.

La police a tout d’abord refusé de dévoiler le nom des restaurants impliqués dans ce réseau de contrebande ne sachant pas trop s’ils étaient des acteurs ou des victimes. Cette liste a finalement été divulguée, la plupart étant des restaurants renommés de Tel Aviv !

Avi Conforti, chef israélien et propriétaire des restaurants Zepra, Topolopompo et des chaînes Zozobara et Moses, conteste le communiqué sur sa page Facebook et affirme que la viande provient généralement d'un autre fournisseur. La viande fournie par Black Angus n’a pas été servie car elle n’a pas passé les examens du vétérinaire en chef de Tel Aviv.

La sécurité aux douanes a été renforcée. Ces derniers mois, le ministère de l’agriculture et les forces de la police israélienne ont collaboré dans le but de déceler les autres réseaux illicites de viande dont l’abattage se fait en Amérique du Sud selon les lois islamiques et qui sont destinées au territoire palestinien uniquement.

L’enquête a finalement démontré que le fournisseur de viande Black Angus, qui travaille avec une centaine de clients et de restaurateurs à travers le pays, les avait dupés en falsifiant les certificats sanitaires vétérinaires. Inculpé, celui-ci n’a pas donné de nouvelles.

La chaîne de restaurants Moses, victime de cette supercherie, explique : « Les certificats sanitaires vétérinaires pour l’exportation de viandes bovines sont généralement présentés lors de la livraison de la viande et vérifiés par le chef ou le responsable des cuisines seulement ils n’ont aucun moyen de vérifier qu’ils sont authentiques… »

Des dizaines de milliers de shekels et 30 tonnes de viande ont été saisis par la police. L’absence de certificats sanitaires à l’exportation qui est censé accompagner les denrées animales lors de l'envoi vers différents territoires, l’origine de la viande, les dates de péremption et d’abattages modifiées grâce à de nouvelles étiquettes, ont provoqué des remous dans la société israélienne et ont remis en cause la réputation des restaurants impliqués dans l’affaire.

 



Pour réagir, vous devez être connecté à Feujworld Me connecter Je n'ai pas de compte Feujworld

Le mag

Suivez toute l'actualité juive en direct