Régions

Pourim à Bruxelles: Jean qui rit Jean qui pleure !

Par Feujworld Publié le
Ce qui est certain, c’est qu’ils n’avaient pas prévu de fêter le pourim dans cette atmosphère de crainte et d’insécurité. En effet, comme chaque année de grandes fêtes ont été organisées à Bruxelles et dans la communauté à Anvers. Le festin et l’animation prévus et organisés avec soin à l’avance ont été annulés. La venue d’artistes et de musiciens a dû être décommandée.

La grande synagogue habituellement prête à accueillir une foule de plus de 1000 personnes n’a compté que 100 personnes cette année.

Toutefois, cela n’a pas empêché les membres de a communauté de fêter pourim jusqu’à ne plus « différencier Aman de Mordehaï ». Les préparatifs se sont faits dans la plus grande discrétion dans les maisons. Des petits événements ont été organisés à la place. Certains ne se sont pas privés de rejoindre les événements malgré ce vent de panique.

Toutefois la sécurité a été renforcée et des dispositions ont été prises, des sms privés ont été envoyés au lieu des annonces publiques habituelles.

Pourim reste une fête de joie et d’allégresse et c’est « l’espoir que tout se dénoue positivement comme dans la meguila » qui a rempli le cœur des enfants ce Pourim.

 



Pour réagir, vous devez être connecté à Feujworld Me connecter Je n'ai pas de compte Feujworld

Le mag

Suivez toute l'actualité juive en direct