DES CONDITIONS DE L'ASCESE

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur


L'ascète porte la joie sur son visage et le deuil en son coeur.
Son coeur est très large et son âme très humble.
Il n'a aucune rancune, nulle convoitise, ne médit de personne, méprise les honneurs, déteste le renom ; son maintien est noble et il garde la mémoire du bien qu'on lui fait.
Il est patient, reconnaissant, rempli de pudeur et ne sait offenser.
Il rit sans excès et garde son calme dans sa colère même.
Son rire est un sourire.
Il n'interroge que pour apprendre ; il est très savant, très humble, sa décision est ferme.
Il ne se précipite, ni ne s'égare.
Sa conversation est courtoise, ses réponses affables, ses irritations justifiées.
Il est complaisant quand on a recours à lui, sincère dans son affection, fidèle à sa parole.
Il agrée le décret du Seigneur, domine ses passions, parle avec douceur de ceux qui lui nuisent, ne s'occupe jamais de ce qui ne le regarde pas, ne médit de rien.
Il s'attriste avec ceux qui sont dans la tristesse ; il charge peu les hommes et les aide beaucoup.
Lorsque la détresse s'abat sur lui, sa gratitude est la plus forte et plus longue sa patience au temps du dommage.
Il donne à qui demande, pardonne à qui le trouble, est généreux envers l'avare, et si l'on rompt tout lien avec lui, il répond par une solidarité encore plus agissante.
Il est plus doux que la crème, plus savoureux que le miel.
Il prêche la vérité, parle avec droiture, renonce à ses espoirs et attend son dernier jour !
Sa parole est un acte ; il est sage, énergique, ami du genre humain, irréprochable en son caractère.
Luminaire de la terre, soutien du pauvre, salut de l'opprimé, discret à l'excès, il ne dévoile jamais son secret.
Sa souffrance est grande, mais ses murmures sont rares ; il est joyeux lorsqu'il peut répéter le bien dont il a été le témoin, mais cèle le mal dont il a connaissance.

Ba'hya Ibn Paquda "Les Devoirs des Coeurs"

Si chacun de nous voulait bien tendre vers la perfection d'au moins d'une de ces caractèristiques, je pense que le monde aurait un autre visage, et les hommes une vie meilleure.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

J'ai beaucoup de travail à faire me concernant.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Tout a fait.
Peut-tu nous en dire plus sur ce Ba'hya ibn Paquda ? il m'a l'air d'un bien sage homme.

On trouve quand meme plusieurs de ces idées dans pirkei avot mais là c'est un joli condensé, j'aime beaucoup.
Tiens je vais l'imprimer et quand on me demandera un CV je donnerai ca. Nan je rigole mais je vais l'afficher quelque part parce que ce sont des choses auxquelles il faut veiller.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Ah juste il y a un truc qui me gene.
C'est le mot ascete.
On ne nous demande pas d'etre des ascetes.
Et un ascète fait plus que cela.
Personnellement je trouve ce terme mal choisi (c'est peut etre un vice de traducion).

J'aurais plutot utilisé le terme "pieux" par exemple.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Bahya Ibn Paquda était un philosophe et un rabbin espagnol du 11ème siècle.
"L'Introduction aux Devoirs des Coeurs" est le seul livre qu'il ait écrit. Ce livre est un guide de la vie intérieure.
Il invite chacun de nous à retrouver le pur amour de D'ieu par la pratique d'une certaine "ascèse" et par la soumission à une discipline de tous les instants.
Dans toute la littérature rabbinique, cet ouvrage est l'un des manuels de théologie et de morale les plus répandus.
("L'Introduction aux Devoirs des Coeurs" a été traduite en français par André Chouraqui.
Edition Desclée de Brouwer, Paris, 1951)


L'Ascète est une personne qui tend à la perfection morale et ou spirituelle par une discipline stricte.
Un homme pieux est un terme plus général, et l'homme pieux n'est pas forcément ascète.

On ne nous demande pas d'être ascète, mais on nous demande de tendre à le devenir, à s'en approcher le plus possible.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Ouais pour un occidental "ascèse" voudrait dire renier le corps alors que ds le judaisme le coeur est le siège de la raison justement.D'où hovot halevavot, les devoirs du coeur
Pour la "petite" histoire E.Chouraqui l'a traduit pdt la guerre... caché pas très loin de Camus d'ailleurs, cette traduction était pour lui une raison "de ne pas mourir sans chanter"

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

pardon il s'agit d'André chouraqui

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Selon le petit larousse 2003 un ascète soumet sa vie a une discipline "stricte et austère".

C'est ce coté austère qui me gêne car le judaisme n'impose pas l'austerité a ses fidèles...

Nicolas Levy
Nicolas Levy

Oui Lior, parce que Elie Chouraquie c'est plutôt la comédie musicale, et "L'Introduction aux Devoirs des Coeurs" en comédie musicale, je ne sais pas ce que ça donne...

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur


Mea culpa, Mea maxima culpa j'ai frappé E au lieu de A .....Comment expier?

Forums

partagez et débattez