Anecdote sur le plan de retrait de Gaza: La religion fini toujours par reunir le peuple juif

Golan Cohen
Golan Cohen

Une soldate en pleurs face à ses frères
13:35 04 Août 2005



Après une nuit passée dans des tentes dans le Parc Ofakim, un groupe de 200 militants anti-retrait, qui se dirigeaient à pied vers le centre-ville pour assister à la manifestation, décide de faire une pause : en haut d’une colline qui surplombe Ofakim se trouve un groupe de 50 soldats et soldates, dépêchés sur les lieux pour empêcher toute tentative d’infiltration dans le Goush Katif.
Après plusieurs heures passées à attendre une infiltration qui ne venait pas, c’est à une vague d’amour, de chants en leur honneur et de tentatives de persuasion que les soldats ont dû faire face.

Pour eux, l’expérience est difficile. Les opposants au retrait ne leur ont pas donné la possibilité d’utiliser la force puisqu’ils ne l’ont pas utilisé eux-mêmes.

Dès l’arrivée des manifestants, les soldats se placent en chaîne humaine, main dans la main. Une manifestante s’écrie : «Vous nous devez des droits d’auteurs, c’est nous qui avons utilisé la chaîne humaine en premier», rappelle-t-elle, en ravivant le souvenir de la formidable chaîne humaine qui avait relié Goush Katif à Jérusalem il y a tout juste un an.

Puis, chaque militant prend ‘’son’’ soldat à part, pour un véritable face-à-face. Certains font semblant de ne pas écouter, ou même de regarder. ‘’Font semblant’’, parce que leur visage n’est pas fermé. D’autres répliquent, répétant les phrases qu’on leur a apprises : «C’est un ordre donné par un gouvernement élu démocratiquement. Vous devez vous tourner vers plus haut, vers le Premier ministre».
«Nous aimerions bien», rétorquent les opposants au retrait, «mais il ne nous laisse aucune possibilité de nous exprimer».

Un autre opposant brandit le code éthique de Tsahal devant les soldats : «Savez-vous ce qui est écrit dans ce fascicule ? Les principes éthiques de l’armée de défense d’Israël. Un des paragraphes indique que les soldats de Tsahal doivent défendre la Terre d’Israël et ses habitants, et qu’il leur est interdit d’utiliser leurs armes contre des personnes qui ne font pas partie des forces de l’ennemi. Les soldats de Tsahal feront tout ce qui est en leur pouvoir pour respecter la vie, le corps, l’honneur et les biens de ces personnes», citait le manifestant. «Comment ces engagements peuvent-ils aller de pair avec l’expulsion de juifs de leurs maisons et la confiscation de leurs biens ?», a-t-il demandé.

Face à ses interrogations, les simples soldats sont restés sans réponses. C’est lorsque les opposants au retrait leur ont demandé de poser ces questions à leurs officiers que le chef de bataillon Amos Guetta a fait son apparition : pendant deux heures, il a discuté avec les manifestants, leur expliquant que «même si la mission sera accomplie dans les larmes, elle doit être accomplie».
«Cette mission ne fera pas partie du livre des exploits de l’armée d’Israël», explique-t-il, mais «il s’agit d’une décision entérinée démocratiquement et mon travail consiste à obéir».

Une des soldates s’est effondrée en pleurs durant cette discussion : «J’ai mis quelques minutes à comprendre que je serai incapable d’accomplir cette mission», a-t-elle avoué.

Après les débats, les soldats se sont tournés vers leurs officiers pour leur poser les questions qui les tourmentaient : pourquoi devons-nous expulser des gens de leurs maisons et pas les policiers ? Quel est l’intérêt stratégique du plan de retrait ?

Après avoir tenté de leur répondre, le chef de bataillon Guetta a rejoint les manifestants restés sur les lieux. Ils avaient besoin de lui pour compléter le Minyan et prier Minha… LD


Source: www.a7fr.com

Sariel Bendayan
Sariel Bendayan

oui j'ai un ami qui est soldat et qui etait a kfar Maimone la semaine derniere et il ma dit que c'eatait tre difficil il ma dit qui'il leur avez distribuer des glace(orange)au soldat et aussi quan ils chanter ''oevime et tsahal''(on aime tsahal)en plus il a renconttrer des amie la ba, il sest senti rejter par par ses propre frere

c'est hinumain ce qu'il leur font faire

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Mossad55
Ton réci est poignant et je t'en remercie. La tache de Tsahal dans cette affaire n'a pas été simple. Mais si c'est le prix a payer pour ne pas voir des casque bleu de l'ONU débarquer un jour. Rassure moi, les maisons sont rasés, elles ne sont pas laissé aux palos ?

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Ah la la... la hitnatkout... On n'entend que ca ici... et pr la bonne cause !
Qu'on soit pour ou contre le retrait de Gaza, personne en Israel ne peut etre indifferent a ce sujet depuis ces dernieres semaines. Les milliers de voitures aux rubans bleus ou oranges, ainsi que sur les sacs a main, ou mm les rubans devenus bracelets, ceintures, elastiques de cheveux ou encore les malins qui mettent les deux couleurs en mm temps... Meme si on voulait ignorer le sujet, ce serait impossible. Les rubans a chaque endroit ou on trourne la tete, les infos, les journeaux...

Comment ignorer ces milliers de personnes chantant devant les soldats, jouant a la guitare jusqu'a 4 heures du matin, priant devant eux, leur proposant des gateaux encore tout chauds, des glaces, des bonbons, des carottes (tt ce qui peut etre orange !). Et les soldats et les policiers qui sont dans l'obligation de refuser, mm de parler... Comment ignorer ces personnes qui essaient de convaincre les soldats jusqu'au dernier moment que ce qu'ils font est immoral, anti-democratique, cruel... Des petits enfants de 10 ans qui paraissent d'un coup tellement matures devant des uniformes muets...
Comment ignorer le fait que dans qq jours seulement, des gens vont etre degages de leur maison, devront oublier leurs serres immenses, les plus belles du pays, leurs terres, les plus belles du pays. Dans qq jours tout cela appartiendra aux palestiniens qui voient en ce retrait le resultat de leurs attentats, leur raison de continuer pour toujours avoir plus. Ils seront maintenant a moins de 8 km d'Ashkelon... et apres Ashdod, et apres Hevron, et apres.......... Jerusalem.
Nous avons forme une boule de neige qui ne va pas s'arreter de rouler.
Sans parler des meilleurs qu'on n'aura plus ds les unites d'elite de Tsahal, puisque ces meilleurs etaient ceux des yishouvim... et ils ne voient plus pourquoi il devraient tout donner d'eux mm pr l'armee de leur pays, comme ils le faisaient jusqu'a maintenant, mais une armee devenue leur enemi, celle qui les deracine de l'endroit ou ils sont nes.
La droite est devenue pire que la gauche. Nous faisons une chose a nos freres que nous n'aurions jamais fait aux arabes israeliens. Nous deracinons aujourd'hui des familles pr avoir le mm resultat demain, et mm malheureusement pire. Ce n'est pas ce que le peuple veut mais Sharon s'est bien arrange pr le faire "democratiquement" en virant des ministres etant contre pour avoir la majorite a la Knesset, et en refusant de faire un vote...
Il y a beaucoup de chances qu'il y ai une guerre civile, has veshalom, le plus beau reve des arabes qui n'auront plus d'efforts a faire pour nous tuer puisqu'on se debrouillera entre nous, et en plus de ca verront qu'en retour a leur terrorisme, on leur donne des terres...

A mediter.

יהודי לא מגרש יהודי
דנה

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

c'est inhumain mais c'est le prix a payer en democratie.
mais la plus belle image restera ces manifestants et ces soldats priant ensemble, separes par une barriere.

Sariel Bendayan
Sariel Bendayan

dana

je suis tout a fait daccord avc toi

IL FAUT CHOISIRE OU NOUS OU EUX

יש פיתרון לגרש את האויב הערבי

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Le Hamas affirme que le calme n'est qu'une tactique
L'accalmie relative observée quant aux activités terroristes menées par le Hamas ne serait qu'une tactique érigée par le mouvement terroriste. Lors dans un congrès organisé au Caire, le chef de la branche dite politique de l'organisation, Khaled Machaal a en effet affirmé: "le calme dans les territoires est une tactique. La lutte continuera tant que durera la conquête." Interrogé sur les conséquences du retrait du Goush Katif, Machaal craint "une période de luttes pour le pouvoir dans la Bande de Gaza."

Encore pire

Abbas ne renonce pas à Jérusalem
Dans un discours prononcé cet après-midi du 4 Aout lors de festivités marquant le retrait israélien de la Bande de Gaza, Mahmoud Abbas, Président de l’Autorité Palestinienne a promis de continuer la lutte jusqu’à ce que Jérusalem devienne la capitale de l’Etat palestinien. Il a juré de suivre les pas d’Arafat, tant que les drapeaux palestiniens ne flotteront pas sur les murs de Jérusalem.

Comment ce fait il que des gens vivant en Israël soit dupe et autorise le démantèlement de sa terre alors que de l'autre coté, les palos ce vante d'être sur la bonne route pour gagner. Pour Moi Abbas c'est Arafat en pire, la même haine avec l'hypocrisie en plus.

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Moshegal : les palestiniens ne renonceront JAMAIS aux quartiers arabes de Jerusalem, et vu la situation démographique, il vaudrait mieux les leurs céder.

Golan Cohen
Golan Cohen

Moshsegal ,
Heuresement qu'elles sont rasé!
Le pire dans tout ca c'est qu'Israel avait hesiter a les rasé...
Je veux bien que l'on soit gentil mais y a des limites!

Ancien utilisateur
Ancien utilisateur

Gabi,

partager Jérusalem c'est comme si tu posais une bombe à retardement en plein Jérusalem.

Forums

partagez et débattez